Blog, Pilates au sol, Pré et post natal, Yoga

Un cours pré natal à distance ?

Bonjour à vous toutes,

je pourrais mettre en place un cours pré natal à distance sur le mois de juin -juillet !etirement des flancs

Un petit groupe de 4 à 6 pour bien pratiquer et s’approprier quelques éléments clés qui aident à vivre au mieux tous les changements psycho-corporels que nous traversons pendant cette période magique.

Si vous êtes intéressées contacter L’Atelier en faisant part de vos disponibilités pour organiser au mieux.

A bientôt !

Nathalie

 

pédagogie, Pilates au sol, Pré et post natal

Témoignage d’enseignant.

Témoignage de Peggy Gemar, sage-femme ayant suivi la formation Pilates au sol niveaux fondamentaux, débutants, intermédiaires, pré et post-natal (yoga et Pilates).

« J’ai pratiqué l’enseignement Pilates assez rapidement pendant la formation sur mes proches puis une fois la formation terminée sur mes patientes en tant que sage-femme.

J’ai de suite été confronté à la difficulté pédagogique : l’envie de transmettre les bienfaits du Pilates était bien trop forte, j’étais trop vaste dans mes indications. J’ai alors écouté leurs retours, filmé et observé de courtes séances avec les enfants, mon conjoint et réalisé que c’était une question de langage associé à une présence « Pilates » dans mes gestes, ma posture avec aussi une notion de rythme spécifique à l’enseignement.

J’ai poursuivi mes cours en tant qu’élève avec un regard différent en retenant les mots clefs, tenant compte de notre capacité à recevoir à un rythme modéré, fluide, pour aller vers la qualité du mouvement.

Ma confiance a grandi et j’ai alors mis en place un cours « Pilates et post partum ». Mon expérience de sage-femme dans la rééducation du périnée était en quelque sorte non satisfaite sur le manque de conscience corporelle globale chez la femme une fois les séances terminées. En effet, le périnée étant très sollicité à travers la périnatalité, il me semblait essentiel d’éveiller les femmes sur l’importance du périnée dans nos mouvements quotidiens.

Le Pilates m’a alors permis d’améliorer les résultats en rééducation et surtout de sensibiliser les femmes à long terme sur l’entretien du centre d’énergie.

Le cours se déroulent le matin, elles sont maximum 5 ; les bébés sont bienvenus.

En début de cours je rappelle les principes du Pilates. Je prends un temps assez long pour se connecter à la respiration et au périnée. Je répète et fais ressentir l’auto grandissement.
Je fais chercher la stabilité et ressentir les muscles stabilisateurs. Je cite l’anatomie pendant l’exécution ; une fois la mise en place faite.

Ma voix est assez douce le rythme est plutôt lent.

Un petit temps plus intense et dynamique pour celles qui peuvent l’exécuter avant de finir par la pleine conscience d’observer le périnée, la respiration, l’énergie qui circule.

Le public des femmes en post partum est spécifique et délicat car elles sont en « reconstruction ». En quelque sorte le Pilates viendrai refermer ce corps qui à travailler dans l’ouverture avant et pendant la mise au monde de leur petit.

C’est pourquoi le Pilates est très adapté à cette étape de vie ; elles sont encore dans l’envie d’être enveloppée, rassurée, tout en étant dans le besoin d’ancrage, de se regrouper pour plus de sécurité intérieure.

Chacune à son rythme et fonction de son expérience, j’ai pu percevoir comme une sorte de déclic supplémentaire après les cours de Pilates sur la conscience du périnée. J’ai aussi vu des visages détendus, plus lumineux, apaisés.

Leurs retours m’ont été très constructifs :

  • Le guidage est juste et adapté à leurs capacités
  • L’application du Pilates dans leur quotidien « je monte les escaliers en Pilates…je porte mon bébé…mon périnée m’a guidé dans la marche… conscience des différents périnées profond… superficiel…je prends le temps pour respirer… »
  • Un sentiment de bien-être général, une pensée positive.
  • Les bébés sont étonnement calmes pendant les séances. Les 1ères fois elles sont très vigilantes… et par la suite elles gagnent en confiance et en concentration pour vivre pleinement le cours. De mon côté elles m’ont beaucoup appris j’avais tendance à remplir avec trop d’informations… Je privilégie alors la précision dans les mots.

J’ai aussi su m’adapter dans la quantité des exercices et préférer la qualité, aller vers le détail et la bonne fluidité des gestes. Mon objectif était de les motiver à prendre ce temps pour installer une nécessité d’entretenir les principes du Pilates dans le tous les jours. La plupart ont eu envie de progresser et se sont inscrites dans des cours à l’année.

C’est une réelle satisfaction de transmettre cet enseignement du Pilates ; il y a comme un accomplissement dans ma pratique de sage–femme.

J’ai plein d’idées pour développer cette pratique du Pilates chez la femme à travers la périnatalité.

Merci Nathalie de transmettre avec autant de passion. Peggy. »

formation pilates, Pré et post natal

Formation Pré et Post natal

⇒25, 26 et 27 avril prochains à L’Atelier Pilates/Yoga/Danse

Pratiquer en attendant bébé est gratifiant, source de bien-être et prépare activement à la naissance

Pratiquer après la naissance permet d’accepter, de prendre le temps de se retrouver via le corps et les sensations

Un travail spécifique est possible complètement adapté à ces moments très intenses et très différents de la vie d’une femme : l’avant et l’après bébé.

Mais que faire exactement ? c’est ce que nous apprenons dans ce stage de formation destiné aux enseignants de Pilates ayant déjà suivi à minima les modules fondamentaux et débutants.

Cette formation allie Pilates et Yoga. Il n’est pas nécessaire d’être enseignant de yoga pour participer, vous serez guidé sur quelques postures clés adaptées à la femme enceinte et sur plusieurs pratiques de relaxation et de respiration.

Contenus:

 
IMG_6233

Modifications physiologiques de la grossesse, inconforts fréquents, anatomie bassin, périnée /plancher pelvien, pratique Pilates en pré natal.

Pratique en pré natal : postures de yoga, enchaînements, techniques de relaxation, de respiration, travail avec le ballon.

Pratique en post natal, psycho-physiologie,  postures spécifiques et travail en Pilates (élimination des toxines, renforcement progressif).

Construire une séance en pré natal et en post natal.

Coût : 580 €⇒Possibilité  de prise en charge                                    

Demander un devis
angle-c3a9tirc3a9-sur-le-cc3b4tc3a9

Pré et post natal, Yoga

Post-partum

Quelle est cette période étrange de transition entre deux corps ?
Après le point culminant de la naissance, ce moment tant attendu surtout sur la fin de grossesse, se déroule un temps particulier dont on parle peu et qui est supposé n’être que bain de bonheur…
Pour ma part et mon troisième enfant j’ai commencé à ressentir une certaine nostalgie de la fusion, une certaine appréhension de l’après, dès le 6-7ème mois de grossesse.
Je pressentais qu’une fois l’euphorie de la rencontre passée, la vie serait à nouveau à reconstruire, une famille à 5, l’organisation, le temps, le rythme bousculés avec bébé.
J’ai pris des oméga 3 que j’ai continué à prendre environ un mois et demi après l’accouchement. Les oméga 3 sont des « bons gras » qui permettent de lutter contre la déprime de l’après naissance et qui de plus aident au bon développement du cerveau du bébé. Je ne peux pas dire si cela m’a aidée ou pas … je crois qu’il y a des choses à vivre et il faut chercher à se faire aider oui…
La naissance est un point culminant , c’est donc qu’il faut redescendre … chute des hormones qui ont aidé le corps à fabriquer un bébé pendant 9 mois, catabolisme après l’anabolisme de la grossesse.
Il faut se séparer, vider, drainer, perdre et ça ne se fait pas en un claquement de doigts ! (malgré la rapidité, relative, du processus de « mise au monde »). Ce processus de « retour » prend du temps, 3 à 6 mois pour le corps physique, ce processus est complètement corrélé au lien qui se forge avec son bébé. je dirais maintenant que plus le lien s’établit, s’ancre au fil des mois, plus le retour se fait en douceur. Le retour vers un corps « augmenté », vers une vie augmentée.
Comment accompagner ce processus de retour « à la normale » ?
Je mets « retour à la normale » entre guillemets car on ne revient jamais comme avant… bébé est là et c’est à la fois bouleversant et porteur. C’est ce lien, démarré pendant la grossesse, qu’il faut actualiser dans le réel et qui va nous aider. Le bébé porte autant sa mère qu’elle le porte ! 
On est modifié, on a donné la vie ! Cependant, les suites immédiates sont souvent imprégnées de noires pensées, de tristesse impossible à dire, de peur de ne pas être à la hauteur. La jeune maman (même de 45 ans et son 3ème bébé) est fragile autant que son petit. Je me suis dit que c’était peut-être nécessaire de ressentir cette vulnérabilité immense de façon à bien rester auprès de son nourrisson et de répondre au mieux à ses besoins…

Lors de cette grossesse, j’ai traversé de vrais sentiments de joie comme jamais, la joie de ce cadeau de la vie à 45 ans passés, cette surprise qu’on accepte et qui nous comble, la sensation de porter une énergie de vie incroyable, l’extase (ou l’enstase) de méditer , de pratiquer, de danser, de donner les cours en ressentant mon corps porteur de vie.
Bien qu’ils aient été désirés ardemment, je n’avais pas vécu ça pour mes deux premiers enfants.
Pourtant,  après une naissance à domicile choisie, un « bel accouchement » comme a dit l’une des sages-femmes, la sensation de ne pas se relever, d’être en dessous de tout, la peur d’être dépassée, de mal faire, de faire du mal au bébé, la peur du bébé… même la peur qu’il arrive quelque chose à mon mari, aux enfants.
Et ne pas le laisser trop paraître (parce que c’est mal venu, c’est pas le moment, ça se fait pas, c’est pas « normal », personne comprend …).
C’est fou comme on s’oblige, on se force à donner le change.
Et puis c’est vrai que ça suit son cours, le bébé est magnifique, l’allaitement se déroule plutôt bien malgré les crevasses du début (inévitables ?); on me dit qu’il faut que le bébé ouvre bien la bouche, prenne toute l’aréole, « tu dois attendre et lui faire ouvrir la bouche… « ; facile à dire, moins facile à réaliser dans l’urgence des tétées, dans le demi sommeil des tétées nocturnes.
Bref on a des crevasses et le bout des seins douloureux pendant quinze jours à peu près…
J’ai pratiqué dès le début de « l’après » des expirations profondes qui démarrent du périnée pour aller chercher le transverse de l’abdomen, retrouver un tonus abdominal et presser l’utérus qui redescend, qui rapetisse. Il faut faire ça même si on a peu de sensations au début au niveau du périnée, il faut se concentrer sur cette zone et expirer en « remontant », il faut chercher à refermer ce passage. C’est difficile au début mais c’est primordial surtout pour aller aux toilettes, commencer à évacuer.
A ma demande, nous avons « refermé » le bassin, un après-midi avec C. ma fille aînée et H. la sage-femme. Mon bassin enveloppé dans l’écharpe de portage, bien serrée, elle ont tiré de chaque côté et nous sommes restées comme ça quelques instants, j’étais allongée bien-sûr. J’ai senti mon utérus pressé comme une éponge se vider. 
Un mois après environ j’ai vu mon ostéopathe pour replacer éventuellement le bassin.  J’ai ressenti une énergie renouvelée à la suite de la séance et plus d’envie d’aller marcher, de sortir. 
Le fait d’expirer doit s’accompagner du replacement du bassin en « neutre », reverticaliser le coccyx, atténuer la lordose (cambrure lombaire); ça doit faire du bien au dos, on s’allonge, on se déplie. On peut faire ça très régulièrement dans la journée, le soir ou le matin aussi devant la glace pour observer l’autograndissement et comment le ventre « disparaît ». C’est comme si on remontait une culotte de muscles jusqu’aux basses côtes.
Très vite on peut y associer des mouvements de colonne, des inclinaisons latérales et surtout des rotations. 
Au début, éviter de porter, s’allonger avec bébé le plus possible, respirer puis marcher un peu, progressivement aller marcher plus pour s’oxygéner, changer d’air, ré apprivoiser le dehors, la vie de l’extérieur, sentir son corps bouger.

Une de mes postures préférée en post natal : inversion, fermeture bassin et torsions (tourner le bassin sur les expirations à partir du périnée).

La posture du « chien tête en bas » que j’ai pratiquée jusqu’à l’accouchement était un peu douloureuse au début en post natal, je pense par rapport au poids perdu et aux tissus qui tiraient. Mais très vite elle apporte du confort et revivifie, c’est une posture nécessaire pour favoriser la mobilité des organes, leur retour dans l’espace du ventre, éviter les pressions sur le périnée.

Il a été pour moi fondamental de pratiquer corporellement ne serait-ce que 10 mn par jour, idéalement le matin et le soir, de trouver des oreilles attentives à ce désarroi improbable (toutes ne le sont pas) et de laisser faire …

Lectures:

  • « Le guide de la naissance naturelle » Ina May Gaskin
  • « Le 4ème trimestre de la grossesse »; Ingrid Bayot
  • « Bébé est là, vive maman, les suites de couches; Dr Bernadette de Gasquet, Pr Xavier Codaccioni, Danielle Roux-Sitruk …

Pratiques autres:

  • Ostéopathie, environ 1 mois après
  • « Refermer le bassin » voir les soins rebozo.
  • Pour soutenir les sages-femmes et l’accouchement à domicile : https://adadtoulouse.wordpress.com
formation pilates, Pré et post natal

Formation pré et post natal 16,17,18/04

objectif77-olivierlafrontiere -17Quel travail corporel spécifique pendant la grossesse ? et après ?

Ce stage de formation allie Pilates, Yoga, Alexander, Appor (Bernadette de Gasquet) et ma propre expérience 😉 pour donner aux enseignants des pistes de travail au cours de cette période si spéciale.

  • prendre conscience des muscles du périnée, les solliciter  pour soutenir le bébé mais aussi les laisser se détendre et s’étirer,
  • allonger le dos, faire de l’espace,
  • s’ancrerobjectif77-olivierlafrontiere -24
  • connaître les changements physiologiques de la grossesse pour adapter la pratique,
  • proposer de la relaxation et des postures qui soulagent les inconforts habituels (sciatalgie, lombalgie, distension ligamentaire, jambes lourdes …),
  • surtout respirer, laisser respirer, accueillir les sensations, accueillir son bébé
  • en postnatal retonifier en douceur
  • drainer
  • se retrouver

→Grâce à diverses pratiques corporelles nous explorerons les possibilités au cours des différentes étapes de ce beau voyage de façon à accompagner et sécuriser.

objectif77-olivierlafrontiere -44Support écrit

Séances types

Pré requis: enseignants Pilates, Yoga

Tarif: 580€

Dates: 16, 17 et 18 avril 2018

Lieu: L’Atelier Pilates/Yoga/Danse

 

Cours réguliers, Pré et post natal

Cours pré natal tous les jeudis à 12h

Le cours Pré natal c’est tous les jeudis 12h à L’Atelier : un cours spécial pour les mamans, spécial pour les bébés portés avec encore plus d’élégance !

Nous travaillons en Pilates pour : renforcer le périnée, tonifier le transverse inférieur, améliorer sa posture … en yoga pour respirer, sentir, s’ancrer, s’aligner, s’étirer…

et toujours à l’écoute de soi, de son bébé, pour s’accompagner mutuellement dans cette aventure !photo bébé

Vous êtes les bienvenues au cours quelque soit votre pratique antérieure !

réservations

ou renseignements au 06 21 26 40 75