Pilates et respiration

La respiration est un élément essentiel de la pratique du Pilates, savoir la contrôler, la synchroniser avec les exercices est un véritable apprentissage.
De plus, elle est différente de la respiration dite physiologique et naturelle. En effet même si nous respirons des deux manières dans le cours, lors de la plupart des exercices et particulièrement lors des efforts avec stabilisation du bassin, nous devons garder le ventre tonique alors que lors de la respiration physiologique (et c’est nécessaire !), le ventre se gonfle à l’inspiration avec abaissement du diaphragme. 
Nous avons parfois perdu l’habitude de respirer complètement, nous respirons de manière automatique, souvent avec une amplitude de mouvement très réduite. Cela ne nous aide pas dans la vie de tous les jours à ressentir notre corps et nos mouvements ni à lutter contre le stress.
En Pilates, la respiration doit être ample, c’est un mouvement à part entière qu’il est important de maîtriser, tous les exercices sont exécutés avec une respiration consciente.IMG_4214
La respiration a pour but premier d’oxygéner le sang et les cellules, d’éliminer les toxines, notamment le dioxyde de carbone. Elle améliore la circulation du sang, éclaircit le teint, apaise le corps et l’esprit, stimule la concentration, confère un rythme au mouvement, aide à activer les muscles appropriés.
A propos de l’importance de la respiration, Pilates dit dans  » Retour à la vie grâce à la contrôlogie » : « Respirer est le premier acte de la vie, ainsi que le dernier… avant toute chose apprenez à respirer correctement. »
La respiration se compose de deux parties: l’inspiration et l’expiration.
L’inspiration se fait par le nez et vise à remplir les poumons d’oxygène. Cela se fait grâce à l’expansion de la cage thoracique sur les côtés et l’arrière de façon à garder la cage thoracique dans l’alignement au-dessus du bassin et éviter de monter les épaules. On sollicite ainsi des muscles intercostaux qui ont parfois un peu perdu de leur élasticité et ce volume thoracique peut être long à trouver. Ce mouvement est comparable à celui d’un accordéon qui s’étire dans la largeur. Il est nécessaire au début de poser les mains sur les côtés pour sentir cette expansion.
L’expiration en Pilates se fait par la bouche, c’est une expiration profonde qui va engager les muscles abdominaux à partir du périnée pour aider le diaphragme à expulser l’air et les toxines et « nettoyer les poumons ».
Les muscles abdominaux doivent restés « engagés » vers le centre et vers le haut sur toute la durée de la respiration, ce qui peut être un peu difficile au début lors de l’inspiration.
En effet, il faut pouvoir « isoler » le mouvement d’expansion thoracique lors de l’inspiration, bien le localiser  (le ventre ne se gonfle pas), et accentuer l’engagement des abdominaux lors de l’expiration (ressentir un peu plus de centrage et de stabilité). A chaque expiration, nous repartons du périnée pour revivifier l’engagement abdominal. 
En général lors des exercices Pilates, on va s’efforcer d’expirer activement lors de l’effort afin d’apporter le soutien du centre d’énergie (muscles profonds du plancher pelvien, abdominaux, multifide et diaphragme) et d’éviter des compensations musculaires venant d’autres parties du corps qui n’apportent pas d’aide mais des crispations ou tensions inutiles.
⇒L’expiration et l’engagement des muscles abdominaux stabilisent le bassin et la colonne lombaire.
La respiration est intimement liée au mouvement, on l’a vu avec la citation de Joseph Pilates, elle constitue littéralement le premier et le dernier mouvement des êtres vivants. Au cours des exercices elle peut être utilisée de manière plus spécifique encore pour favoriser certains types de mouvement.
Le muscle diaphragme constitue, avec les abdominaux et les muscles intercostaux,  l’un des principaux muscles respiratoires. Il se contracte et s’abaisse lors de l’inspiration, se détend et remonte lors de l’expiration. Mais, lors de la respiration d’effort avec engagement du centre d’énergie (maintien des abdominaux) il ne s’abaisse pas ou moins et les  côtes s’élargissent latéralement pour faire de l’espace à l’aire inspiré. 

Nathalie B. Pompele