Multifidus ou multifide.

Ce muscle appartient au Centre d’énergie, ce fameux « core » que nous cherchons à solliciter avant tout mouvement dans la pratique du Pilates. 

1. Le multifide comme « muscle » des gouttières spino-transversaires

Les muscles du centre travaillent en synergie pour stabiliser le bassin et la colonne lombaire en neutre ou dans certains exercices Pilates avec un légère bascule arrière du bassin (« stomach massage » sur Reformer, Rolling like a ball sur le tapis …).

Ce sont les muscles profonds du plancher pelvien, les abdominaux (transverse inférieur, transverse profond, obliques et grands droits), le diaphragme et le multifide.

Mais qu’est-ce exactement que le « multifide » ?

Après quelques recherches, il s’avère que ces muscles sont décrits différemment suivant les auteurs et les conceptions des anatomistes (Trolard, Winckler…). Il est donc assez compliqué d’aller « démêler » tout ça !

Tantôt « multifide » est le synonyme ou la nouvelle appellation du « transversaire épineux »: ensemble de petits muscles nombreux et profonds situés le long de la colonne vertébrale, dans l’espace formé entre les processus épineux de la colonne (épine dorsale) et les processus transverses. Cet ensemble court du sacrum jusqu’à axis de chaque côté de la colonne comme un sapin: d’un processus transverse partent quatre faisceaux qui s’insèrent sur les vertèbres supérieures (de 1 à 4 vertèbres au-dessus).

Tantôt « le multifide » constitue l’un de ces faisceaux, celui montant jusqu’à la 3ème vertèbre au-dessus (anciennement appelé court-épineux).

2. Le multifide comme l’un des faisceaux …

Finalement est-il souhaitable de démêler cette histoire ?

 

 

En ce qui nous concerne en tant qu’enseignant ou pratiquant peut-être pas !

En effet comment isoler la contraction, l’engagement de l’une de ces lamelles, à un endroit précis (colonne lombaire )?

Nous chercherons plutôt à solliciter cet ensemble dense fait de faisceaux nombreux, solidaires et bien arrimés à la colonne pour en garantir la stabilité.

Ce qui nous intéresse : la mobilité fine « d’étage à étage » pour nous grandir et rester « jeune » (« you’re as young as your spine » J.Pilates) ou la stabilité de la colonne, le gainage en profondeur qui permet de soulager le poids sur les disques intervertébraux.

Cette notion de stabilisation est particulièrement intéressante dans la région lombaire et ce muscle peut-être recruté en synergie avec le transverse de l’abdomen, donc sur une expiration profonde.

« Le concept des exercices spécifiques provient de la cocontraction du transverse et du multifidus. L’interrelation de ces deux muscles donne l’effet d’un corset abdominal profond soutenant la colonne vertébrale et la région lombo-pelvienne pendant l’accomplissement des tâches fonctionnelles dynamiques et statiques » in Le Médecin du Québec, volume 39, numéro 4, avril 2004

Sur toute la longueur de la colonne ce muscle (ou ces muscles) participent à l’auto-grandissement, à « l’érection » du rachis, comme la femme africaine qui porte son plateau sur la tête. Nous l’activons en « allant vers » (le ciel, le plafond …), en « cherchant à » (atteindre, toucher …), toujours « à partir de » (l’ancrage du bassin, l’appui des pieds, l’expiration remontante depuis le périnée …)

Les études montrent que la stimulation insuffisante de ce muscle (ces muscles !) a un lien direct avec la douleur lombaire (lombalgie):

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20193941

Bel exemple d’auto-grandissement … et d’activation du multifide !(entre autres)

Cet ensemble de muscles participe à la mobilisation fonctionnelle de la colonne, c’est-à dire, bouger sans « écraser » les disques intervertébraux. Il est toujours fondamental de donner des directions au mouvement quelqu’il soit, une intention à partir de points précis. En effet nous ne sommes pas en apesanteur, en train de flotter indépendamment mais bien incarnés avec des points de contact, d’appui, un regard vers l’extérieur (et vers l’intérieur), des sensations tactiles … qui nous mettent constamment en lien avec notre environnement.

Notre corps, notre colonne vertébrale, notre être s’inscrit dans cet espace et c’est dans le cours(entre autres !), dans la pratique que nous pouvons retrouver, réactiver tout cela !